ArenasStades

La nouvelle carte des sites des Jeux Olympiques de Paris 2024 a été dévoilée

L’Equipe et le Parisien ont dévoilé ce matin la carte des sites qui accueilleront les épreuves des Jeux Olympiques 2024 à Paris. Celle-ci évolue au gré des problématiques qui se posent au comité d’organisation, et notamment les problématiques économiques.

Pas de changements majeurs pour certains sport : l’athlétisme sera au Stade de France, la boxe et le tennis à Roland Garros, le cyclisme sur piste à Saint-Quentin-en-Yvelines, le surf à Tahiti ou la voile à Marseille.

Le basket, lui, se partagera entre le Parc des Expositions de la Porte de Versailles (pour les phase de groupe), l’Accor Arena (pour les phases finales) et la place de la Concorde (pour le 3×3). Le handball, initialement prévu à la Porte de Versailles, se disputera dans la « boîte à spectacles » du Stade Pierre Mauroy à Lille. Le rugby quitte le Stade Jean Bouin, qui ne sera pas utilisé, pour le Stade de France.

Cartes des sites JO 2024

Grosse économie en vue pour Paris 2024 avec la suppression du stade aquatique temporaire. Les épreuves se dérouleront finalement à Paris La Défense Arena, où une piscine olympique sera installée pour les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques. La gymnastique, qui devait se dérouler dans l’enceinte francilienne, émigrera à l’Accor Arena.

En tout, qutre sites ne seront pas construits ou utilisés : le centre aquatique de Saint-Denis, l’Arena temporaire du Bourget (prévue pour le volley), le stade Jean Bouin, le Zenith de Paris. Le Stade Pierre Mauroy ne devrait pas accueillir de matchs de football, contrairement à ce qui était initialement prévu. À moins que ce soit un autre stade de football (le Parc des Princes, le Matmut Atlantique, le Groupama Stadium, l’Orange Vélodrome, le Stade de la Beaujoire, l’Allianz Riviera, le stade Geoffroy Guichard ou le Stadium de Toulouse) qui fasse les frais de ce plan d’économie.

Les sites iconiques conservés

Les sites « iconiques » de Paris 2024 sont conservés :  l’équitation à Versailles, le beach-volley à la tour Eiffel, l’escrime au Grand Palais, le tir à l’arc aux Invalides.

Nous renforçons notre promesse de compacité. 80 % des sites seront situés à moins de 30 minutes du Village olympique. Tony Estanguet, président du COJO

Les économies réalisées avec cette nouvelle répartition sont évaluées à 130 ou 150M€. Cette nouvelle carte des sites olympiques devra encore être validée par le conseil d’administration de Paris 2024 à la mi-décembre.

Olivier
Olivier est le créateur de Stades.info. Professionnel du sport depuis près de 10 ans, il décrypte l'actualité des stades et arenas, de la conception à l'exploitation.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 %

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies plus d'informations

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à naviguer sur le site sans changer vos paramètres, nous partirons du principe que vous êtes d´accord pour recevoir tous les cookies du site Volvo. Vous pouvez toutefois si vous le souhaitez, changer les paramètres de vos cookies. Sachez que si vous changez ces paramètres, nous ne serons plus en mesure de garantir le bon fonctionnement de notre site web. Certaines fonctionnalités peuvent disparaître, et il se peut que vous ne soyez pas en mesure de voir certaines parties du site.

Fermer