Exploitation

La CNIL refuse la reconnaissance faciale dans les stades

Expérimentée dans un stade en France en 2019, la reconnaissance faciale n’a pas les faveurs de la CNIL. Bien au contraire.

La Présidente de la CNIL a adressé un avertissement à un club sportif qui envisageait de recourir à un système de reconnaissance faciale afin d’identifier automatiquement les personnes faisant l’objet d’une interdiction commerciale de stade. Ce projet n’est en effet pas conforme au RGPD et à la loi Informatique et Libertés.

Ce système, en phase d’expérimentation, avait pour objectif l’identification des personnes faisant l’objet d’une interdiction commerciale de stade, la détection d’objets abandonnés, ainsi que la lutte antiterroriste.

L’analyse des caractéristiques du dispositif envisagé a permis d’établir qu’il reposait sur le traitement de données biométriques. Or, la collecte et l’utilisation de ces données sensibles est, sauf exceptions, interdite par règlement général sur la protection des données (RGPD) et la loi Informatique et Libertés.

En l’absence de disposition législative (par exemple une loi) ou réglementaire (décret, arrêté, etc.) spéciale, la mise en œuvre d’un tel dispositif, par un club sportif, à des fins de « lutte antiterroriste » est illicite.

La reconnaissance faciale illicite

La Présidente de la CNIL a donc averti le club sportif qu’en l’état du cadre légal, le traitement envisagé ne saurait être mis en œuvre de manière licite.

Si, en dépit de cet avertissement, le club sportif concerné procède à la mise en œuvre effective du système de reconnaissance faciale, il s’exposera à l’une ou plusieurs des mesures correctrices prévues par le RGPD et la loi Informatique et Libertés, y compris une sanction pécuniaire.

Cet avertissement intervient alors qu’un collectif de quarante associations de défense des libertés, baptisé « Reclaim your face » vient de lancer une initiative européenne contre la surveillance biométrique de masse dans les espaces publics, les magasins ou les installations sportives.

Contrairement à l’interdiction administrative ou l’interdiction judiciaire, l’interdiction commerciale de stade est décidée par l’organisateur de l’évènement.

Olivier Spaeth
Olivier est le créateur de Stades.info. Professionnel du sport depuis près de 10 ans, il décrypte l'actualité des stades et arenas, de la conception à l'exploitation.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 %

En continuant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies plus d'informations

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience sur notre site web. Si vous continuez à naviguer sur le site sans changer vos paramètres, nous partirons du principe que vous êtes d´accord pour recevoir tous les cookies du site Volvo. Vous pouvez toutefois si vous le souhaitez, changer les paramètres de vos cookies. Sachez que si vous changez ces paramètres, nous ne serons plus en mesure de garantir le bon fonctionnement de notre site web. Certaines fonctionnalités peuvent disparaître, et il se peut que vous ne soyez pas en mesure de voir certaines parties du site.

Fermer